Imprimer

LE PISTON ! DE MANOCHE

Komidi 2017
LE PISTON ! DE MANOCHE   |||    Compagnie « Not’ Compagnie »
Représentation du  Jeudi 4 Mai 2017.
Théâtre Lucet Langenier à Saint-Pierre.
manoche

Une grosse ampoule pend des cintres, une croix marque un emplacement sur le plateau, voilà l’espace que le fort sympathique hurluberlu surnommé MANOCHE s’est choisi, pour mieux s’y perdre et, chargé comme un mulet, faire une entrée ratée où il compte et recompte ses pas, se déboussole tout seul, un personnage inclassable qui nous fait entrer dans un univers de bonne humeur.

Et c’est cela aussi, le théâtre, un moment savamment écrit pour divertir, au sens pascalien du terme, pour nous détourner de nos tracasseries. Et chez Emmanuel Van Cappel dit MANOCHE, tout ce désordre apparent, cette maladresse bon-enfant, est stratégie, finesse et habileté pour dévoyer le comique et en faire un moment à la fois de virtuosité pédagogique et de jeu dans les arcanes du son.
    Etre prix de conservatoire d’un instrument, le cornet à piston, qui a disparu des orchestres, ce n’est pas de chance… MANOCHE va donc se jouer de cette déconvenue et nous donner un aperçu de la musique dite classique par rapport au jazz et, surtout, à la composition contemporaine d’un Pierre Boulez : petite leçon sur la lecture de partition, sur les variations harmoniques et sur les recherches sonores abstractives et conceptuelles. Et cela, pour un public très jeune, c’est une idée formidable, c’est une leçon d’apprentissage par le rire, la dérision. C’est très intelligent.
    MANOCHE est un être farfelu empêtré dans un costume qui le boudine, proche de l’Auguste, mais sans le ridicule ; il est le naïf débarqué sans gêne dans un univers de cynisme dont il vient démonter l’aberration. Il n’est pas besoin pour cela de discours « politicard », non, les mots, dans leur homophonie ou leur homonymie, sont là pour nous démontrer à quel point le langage est un arbitraire sans fin. Et ainsi MANOCHE insère-t-il, comme une improvisation, comme s’il était là par hasard et sans projet de spectacle, des propos qui ont la logique folle du son qui prévaut sur le sens, mais qui sous-entend une signification jubilatoire.
    Emmanuel Van Cappel, surdiplômé et brillant musicien, démonte le côté « collet monté » des spectateurs avertis de Pleyel et il se joue de cette faction d’experts, tous les prêcheurs du goût et de la belle interprétation ; il en faut du talent et de l’autodérision pour ainsi créer un personnage qui soit le contraire de tous ces discoureurs de l’Art, lesquels font de l’exégèse un métier. MANOCHE nous entraîne dans le simple, c’est-à-dire dans ce qui reste le plus complexe et le plus précis qui soit, le Naturel.
    De fait, pour parvenir à cet enchaînement si parfaitement maladroit, si pointu, où chaque bégaiement a sa place, et chaque pause son exactitude, le spectacle a été répété comme une symphonie. C’est une partition du mot et de la note, donc une polyphonie sur le son. Spectacle en contre-point qui fait rire d’un résultat « sympatoche », mais qui révèle un  beau travail sur le contre-rythme, l’anti-performance. Ce n’est pas seulement « intelligent », c’est « intellectuel ». MANOCHE est l’envers, l’inverse de la posture jargonneuse des émissions où chacun débat, dans un jeu pipé, et où il s’agit seulement de se montrer malin, original, différent, avec un ton de voix, une articulation, ce parisianisme odieux, lourd de l’autosatisfaction d’être de ce monde, aussi vain et verbeux qu’inutile.
    Non, MANOCHE n’est pas l’enfant de Bourvil et de Devos ; il est le moqueur caché d’une certaine société dont le langage n’est plus que ritournelle pour langue de bois.
    Il nous a fallu du recul pour aller au-delà du spectacle et apercevoir qui transparaissait derrière ce masque délicieux du faux benêt. Sur le moment, on rit. Ensuite, on décrypte une personnalité rare et précieuse.
    Merci de tant de générosité et de tant de finesse ! Petit délice dont on savoure l’écho en nous !
Halima Grimal
La Tribune des Tréteaux
   
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer
w-aimenoutfacebook 

Enregistrer