Imprimer

Edito

ccll
Portez donc vos pas nonchalants - c’est presque la rentrée, mais vous avez le temps – et dirigez votre pied ensandalé, l’hiver s’achève, on est rue de La Liberté, il faut en profiter… Alors vous le découvrirez, ce drôle de cube, architecture d’après guerre, est-ce Perret, est-ce Le Corbusier, qu’importe, entrezparking bitumé et la fragrance des frondaisons du voisinage.

     Non,  les poules envolées, emparachutées sur les murs ne sont pas extraites d’un album de bande dessinée… Qui est cet enfant moqueur qui vous toise, du haut impertinent de sa crête gélifiée depuis le toit en terrasse ? Et ces sacs amassés qui semblent protéger quelque Q.G secret dans un bunker militaire. Mais en quel lieu vous trouvez-vous ?
     A destination ! Au pôle le plus varié qui soit, le carré surprenant de la Théâtralité. Oui,  dépassez l’imagerie joueuse du décor extérieur. Allez, entrez. Vous n’avez vu que l’apparence d’une indicible diversité… Ce cube graffé vous offre la dimension de coulisses énigmatiques, là où se préparent maintes histoires : cet art de montrer en racontant de la façon la plus gourmande, des fictions dont le théâtral argument, divin
humain, étrange et sans cesse renouvelé, déploiera le soyeux éphémère de la comédie légère, ou a contrario, la gravité tragique de guerres qui entravent et entretuent des âmes en colère.
     Rue de La Liberté, le théâtre Lucet Langenier, comme un labyrinthe colimaçon est prêt à vous révéler l’Art de la Scène. Encore quelques pas. Vous pénétrez dans l’Immortel, l’Intemporel, l’Universel. Juste deux pas, trois tout au plus… Le Théâtre magicien abat, devant vous,  ses cartes colorées, disparates, essentielles. Un dernier pas, et, sur le vaisseau embarqué de l’Art, vous trouverez votre place, à chacun réservée, assignée, à vous, le puzzle métis des spectateurs attendus, vous, qui faites exister ce Théâtre de l’Essentiel, qui nous concerne tous, à égalité, au-delà de tout âge, sans regard sur un éventuel diplôme, faisant fi des appartenances communautaires : voici que peut naître l’élitisme de la curiosité populaire qui nous anime tous et nous rassemble, qui que l’on soit.
w-aimenoutfacebook 

Enregistrer