Imprimer

Bella Figura

Bella Figura  ||   Cie l'Entracte   ||  Théâtre   ||   au Théâtre de Pierrefonds   ||   Vendredi 8 juin   ||   20h   ||   6€ ou 10€


bellafigura entracteUn couple adultère – lui, chef d’entreprise ; elle, comme un deuxième bureau de loisir extraconjugal -  avec Monsieur en décideur nerveux et Elle en demande de reconnaissance : voilà qui pourrait décrire un soir au restaurant, un moment en marge, du bonheur volé. Mais se joue devant nous une particulière comédie de l’Amour où chacun tente d’arborer la belle figure du plaisir d’être là.

Une rencontre inopportune, une phrase de trop… Le masque se fissure, le fard pleure, les cigarettes énervent les doigts ; et la houle du ratage a remplacé la surface lisse des précautions, des prétentions, de la représentation de soi devant autrui. Chaque comédien joue le rôle d’un personnage qui « se la joue », prisonnier d’une identité artificielle, de relations usées où perce la désillusion.
La pièce peut amuser comme un vaudeville ou virer au tragique de l’attente frustrée, sorte de survie d’un sentiment en déroute. Tout est question de regard : le metteur en scène est ici le magicien de la dérision ou, a contrario, de la passion bafouée. A découvrir !

Billetterie
Imprimer

Fédéric Joron Chante les plus grands succès d'Ousanousava (version acoustique)

Fédéric Joron Chante les plus grands succès d'Ousanousava (version acoustique)  ||   Frédérique Joron   ||  concert   ||   au Théâtre Lucet Langenier   ||   Samedi 16 juin   ||   20h   ||   6€ ou 10€


joron- Ousanousava ?
- Nou sava ékout Frédérik Joron. Ou koné  alu?
- Bekali ! Grand fonkézèr la i va chant Sinpièr !
- Oté ! Nou lèm tro son paroli !
Mais oui, il sera là, parmi nous, dans un florilège concerté, une belle nostalgie actualisée, de « La ba » à ici : le « Déraciné » nous fait respirer « L’Odeur mon péi ».

C’est presque un hymne matriciel : par ses mots de créolie mélancolique, Frédérik Joron nous renvoie au giron de « Grand Mère », la vieille femme érodée par le temps et qui reste la mémoire d’une tendresse d’avant, un autrefois familial où ses mains racontaient l’Histoire et adoucissaient le présent. Ce sont donc mélodies du souvenir omniprésent ; et ce questionnement obsédant : « ousa milé ? ». La nature hantée des âmes combattantes a donné sa richesse à déployer en créativité, mais il reste encore « li flèr malèr ».
Partons avec l’artiste en un voyage de mots à nous, qui nous disent et chantent un beau « chez nous ». Concert émotion, « fé pèt la kom ! ».

Billetterie

Plus d'articles...

w-aimenoutfacebook 

Enregistrer